Aller à la recherche

samedi 1 mai 2021 19:22

Manhattan Sunset, de Roy Braverman

26 lectures

Partage Partager le billet

Manhattan Sunset

L’histoire :
Une petite fille est retrouvée, assassinée et mutilée. L’inspecteur Donnelli est chargé de l’enquête. Il semble normal, sauf qu’il discute avec le fantôme de son ancien coéquipier. Ce dernier aimerait que Donnelli découvre qui l’a assassiné.

Mon avis :
Donnelli est un flic désabusé qui essaie de faire son travail du mieux possible. Mais il faudrait que les morts (surtout un, Pfiffelmann) le laissent tranquille. Or, l’inspecteur est au bord de la rupture et cette nouvelle enquête ajoute une autre difficulté : c’est une enfant qui a été assassinée : pourquoi ? Qui est-elle ?
L'inspectrice Mankato, nouvelle coéquipière de «Donuts» (surnom que donnent ses proches à Donnelli) apportera une aide précieuse et le recul nécessaire aux investigations.
L’affaire finira par se tourner vers la mafia russe, quand le FBI mettra des bâtons dans les roues de Donnelli. Deux enquêtes se suivent en parallèle, avec de nombreux rebondissements. La tension est présente, les morts s’accumulent, et l’inspecteur est de plus en plus perturbé (sans compter les trips à l’acide). Le petit plus de ce roman est dans les interactions avec Pfiffelmann, ce qui crée des quiproquos et des réactions de l’entourage de l'inspecteur. La lecture est très fluide, car les chapitres sont courts, ce qui donne l'impression d'un enchaînement rapide.
Les personnages sont travaillés, et l’ensemble aboutit à un roman noir original.

À lire.

Acheter « Manhattan Sunset » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 15 avril 2021 13:05

Un nom sur la liste, de Monica Hesse

115 lectures

Partage Partager le billet

Un nom sur la liste

L’histoire : Allemagne, 1945. La guerre est finie pour tous. Sauf pour Zofia Lederman, 18 ans, dont la vie a été brisée par les camps. Son corps commence à guérir, mais pas son esprit.
Elle n'a qu'une chose en tête : la promesse qu'elle a faite à son petit frère, Abek, trois ans auparavant : après la guerre, je te retrouverai. Dans une Europe en ruines, sa quête la mène à la rencontre d'autres survivants, et toujours plus loin dans les tréfonds de sa mémoire. Saura-t-elle vivre avec les réponses qu'elle trouvera en chemin ?

Mon avis : Sujet délicat et bien abordé à travers ce roman réussi qui parle de la reconstruction de soi après avoir connu des moments abominables. Zofya sort de l’hôpital plusieurs semaines après sa libération des camps. Elle décide de rentrer chez elle, pour y retrouver son petit frère Abek, dont elle a été séparée. Ne le trouvant pas, et ressentant de l’hostilité dans sa ville natale, elle décide d’aller d’un camp de réfugiés à l’autre pour le retrouver, à travers une Europe dévastée.

La jeune femme à des problèmes de nutrition, des troubles de la mémoire. Les différentes rencontres qu’elle fait l’aideront à se reconstruire et à prendre conscience de la situation : nombreux sont ceux dans son cas, à la recherche d’un être perdu, et la tâche des organismes internationaux est immense. La reconstruction psychologique des différents personnages est difficile, mais l’auteur l’aborde avec sensibilité.

À lire.

Service presse numérique des éditions Nathan.

Titre: Un nom sur la liste
Auteur: Monica Hesse
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 400
Traduction: Anne Krief
ISBN: 978-2-0925-9523-7
Date de publication: 14 janvier 2021

Acheter « Un nom sur la liste » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 31 mars 2021 12:55

Les spectaculaires contre les brigades du Pitre, de Régis Hautière et Arnaud Poitevin

116 lectures

Partage Partager le billet

Les spectaculaires contre les brigades du Pitre

L’histoire :
Un clown d'un nouveau genre fait son cirque dans les rues de Paris. Pillage, saccage, chantage, outrage, cambriolage, tapage, cet anarchiste rigolard et ses acolytes ne reculent devant aucune forfaiture pour terroriser le Tout-Paris, et ridiculiser les autorités. Mais voici que face à eux, se dressent les as du cafouillage, les princes du dérapage, les rois du naufrage : les Spectaculaires !

Mon avis :
Je suis un peu déçu par ce titre, même si sa lecture est restée agréable. La série entre dans une certaine routine, et il devient difficile de renouveler les gags. L’histoire reste cohérente, et les auteurs glissent, comme dans le tome précédent, des informations sur Pétronille. Dans cette histoire, les spectaculaires sont engagés pour arrêter un clown qui a enlevé Domitille, l'épouse du baron Louis-Gonzague Clampin du Buisson de Bassefeuille.

Les rebondissements s’enchaînent, les gags aussi. Les Spectaculaires sont égaux à eux-mêmes : gaffeurs face à un clown encore plus rigolard qu’eux qui ressemble au «Joker». Les dialogues sont ciselés comme il faut, et la mise en page met en valeur le scénario.

Les auteurs continuent leurs caméos au monde de la bande dessinée, comme «Batman», «Mortimer», et sans doute d’autres (je ne les repère pas tous), mais aussi à l’Histoire : « Les brigades du Pitre » qui cherchent à provoquer l’anarchie sont une allusion aux «Brigades du Tigre» et aux mouvements anarchistes de l’époque.

Lors de la lecture (ou des lectures), il faut être attentif à chaque détail pour essayer de repérer tout ce que les auteurs ont inséré.

À lire.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Les spectaculaires contre les brigades du Pitre
Auteur:Régis Hautière
Dessinateur: Arnaud Poitevin
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 56
ISBN: 978-2-8102-1771-7
Date de publication: 10 février 2021

Acheter « Les spectaculaires contre les brigades du Pitre » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 19 mars 2021 13:57

Le cercle de Finsbury, de B.A. Paris

514 lectures

Partage Partager le billet

Le cercle de Finsbury

L’histoire :
Quand Alice et Léo emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo, et si celui-ci a pris en charge leur emménagement sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants ! Mais le cauchemar commence...

Mon avis :
Ce nouveau thriller psychologique de B.A. Paris m’a plu, malgré un bémol important : pendant un long moment, j’ai trouvé que les réactions d’Alice étaient disproportionnées par rapport à la situation. En effet, quand elle découvre qu’un meurtre a eu lieu dans la maison, elle disjoncte complètement, déclare qu’elle ne pourra jamais y vivre, et... reste. Ce qui est totalement illogique (certes, si elle part, le livre n’existe plus).

Lorsqu’elle avait dix-neuf ans, Alice a perdu ses parents et sa sœur, Nina, dans un accident. Pour faire bonne mesure, la personne assassinée auparavant dans la maison se prénommait, elle aussi, Nina. Alice reproche à Léo de ne pas lui avoir parlé de ce drame, ce qui est normal. Elle comprend alors pourquoi elle ressentait des réticences chez certaines de ses voisines. Les tensions dans le couple vont crescendo. Se connaissent-ils vraiment ?
D’ailleurs, tout ne paraît pas si idyllique que ça dans cette résidence : les maisons sont regroupées autour d’un square, et tout le monde peut plus ou moins voir ce qu’il se passe chez les voisins. Cela a un petit côté malsain.

De plus, Léo est fuyant. Il semble cacher des choses, ce qui engendre de nombreuses questions chez Alice. Le meurtre, pour cette dernière, devient une véritable obsession. Elle veut découvrir la vérité, et ressent un véritable attachement envers cette Nina assassinée (je me suis dit qu’elle avait besoin d’une bonne psychothérapie). Heureusement, il y a ce détective privé, qui a déclenché cette descente aux enfers, mais qui enquête toujours sur le meurtre, et permet à la jeune femme de garder la tête hors de l’eau.

Qui ment ? Pourquoi ?

À lire !

Service presse numérique des éditions Hugo Roman par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le cercle de Finsbury
Auteur: B.A. Paris
Éditeur: Hugo Roman
Nombre de pages: 411
ISBN: 978-2-7556-8659-3
Date de publication: 4 mars 2021

Acheter « Le cercle de Finsbury » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 10 mars 2021 13:44

Et les lumières dansaient dans le ciel, d’Éric Pessan

348 lectures

Partage Partager le billet

Et les lumières dansaient dans le ciel

L’histoire :
Elliot est un garçon mal dans sa peau suite au divorce difficile de ses parents. Sa passion : regarder les étoiles. Pour cela, il n’hésite pas à faire le mur la nuit pour retrouver les sensations qu’il avait lorsqu’il partageait la passion de son père.

Mon avis :
Éric Pessan signe, de nouveau, un roman court (140 pages), mais intéressant. L’histoire est agréable à lire, en six parties, dans un style parfois poétique, même au niveau de la mise en page. Elliot n’arrive pas à trouver sa place. Il se sent différent, car sa passion, l’astronomie, n’intéresse pas ses camarades de classe ni sa mère. De plus, il ne supporte pas la séparation de ses parents, et est mal dans sa peau, il se sent un peu coupable. Il ne comprend pas pourquoi ses parents se déchirent autant.

La passion d’Elliot sert de fil conducteur à sa pensée. D’ailleurs, il n’y a que l’astronomie qui l’intéresse, et il délaisse plus ou moins le scolaire. L’adolescent se livre à une introspection. Sa mère et lui n’arrivent pas à communiquer. Ses absences la nuit finiront par être découvertes. Fils et mère peuvent-ils se comprendre ?

Enfin, les petites annonces qui se trouvent dans le hall de l'’immeuble, et qui ponctuent les chapitres, apportent un brin de fraîcheur au récit.

À découvrir.

Service presse des éditions l'École des loisirs.

Titre: Et les lumières dansaient dans le ciel
Auteur: Éric Pessan
Éditeur: École des loisirs
Nombre de pages: 141
ISBN: 978-2-2113-1093-2
Date de publication: 17 février 2021

Acheter « Et les lumières dansaient dans le ciel » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 138

Page top